posté le 14-03-2016 à 06:28:06

Les gens dans l'enveloppe - Isabelle Monnin avec Alex Beaupain -

 

 

 

  - Isabelle Monnin avec Alex Beaupain -

 

 

 

 

 

pourquoi??

 

Acheté depuis un moment car j'avais tellement, tellement aimé Les vies extraordinaires d'Eugène, je ne savais pas du tout de quoi il s'agissait, je l'ai juste pris pour le nom de l'auteur, que je m'étais promis de relire...


 

le pitch de moi personnellement:

(présentation de l'éditeur)

 

En juin 2012, j'achète à un brocanteur sur Internet un lot de 250 photographies d'une famille dont je ne sais rien. Les photos m'arrivent dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l'enveloppe il a des gens, à la banalité familière, bouleversante. Je décide de les inventer puis de partir à leur recherche. Un soir, je montre l'enveloppe à Alex. Il dit : "On pourrait aussi en faire des chansons, ce serait bien."

Les gens dans l'enveloppe, un roman, une enquête, des chansons.

 

 

bien? pas bien? l'avis de moi en personne

 

D'abord très intriguée par le concept de ce bouquin, je l'ai observé, feuilleté, senti, touché. J'ai tourné autour en quelque sorte, essayant déjà de me faire une idée de ce que j'allais y trouver.

Il faut dire que l'idée est drôlement originale! Excitante, même!

Il ne m'a pas fallu très longtemps pour craquer et ne plus tenir, il fallait que j'y aille, moi aussi, à la rencontre de ces gens, dans l'enveloppe!

 

Romancière et journaliste, Isabelle Monin décide de revêtir ses deux casquettes pour les associer au sein du même projet.

Cette enveloppe pleine de photos, ces gens sur les photos, elle va d'abord les inventer. Les créer, les imaginer, leur donner vie en leur en imaginant une...

La première partie, c'est un roman, donc. Un roman délicat, porté par une écriture sensible.

Il parle d'une petite fille abandonnée par sa mère, qui passe sa vie à l'attendre, puis qui un jour refuse l'inacceptable, refuse cet abandon, et part à sa recherche, en Argentine. 

Tout le temps, elle communiquera avec sa Grand-Mère.

Dans cette partie, l'émotion est palpable. Une grande douceur en émane, on sent que l'auteur a mis beaucoup d'elle même dans ce récit sorti de son imagination.

 

La suite, c'est l'enquête.

Isabelle Monin part la recherche des gens dans l'enveloppe. Les vrais. Ceux à qui elle vient d'inventer une histoire, une vie. Ceux qu'elle vient de prénommer (certaines coïncidences vont se révéler très troublantes).

Avec une grande délicatesse et dans le but de respecter tout le monde, de ne bousculer personne, la journaliste avance délicatement, respectueusement, avec beaucoup d'émotion.

Et là encore elle est bien là, cette émotion!

De belles rencontres, de belles histoires, mais comme un goût d'universalité, presque de banalité, celle de toute famille, finalement.

Des gens simples, gentils, qui répondent à une femme simple et gentille, très à l'écoute, elle même complètement prise dans ses recherches et surtout ses découvertes, troublantes pour certaines, en comparaison avec la partie romancée.

Fouiller, chercher, réveiller des souvenirs, au risque d'en faire remonter de mauvais, voilà une démarche bien délicate, à plus forte raison quand il s'agit de ceux d'inconnus.

 

Tout du long, Isabelle Monin reste fidèle à l'objectif qu'elle s'est fixé: rien de ce qu'elle pourra trouver au cours de son enquête ne pourra modifier ce qu'elle a écrit au préalable. Elle s'y tient! Il y a donc bien deux histoires. Celle qu'elle a créee, et celle qu'on lui a révélée.

Deux histoires? En fait bien plus! Car évidemment, certaines choses sont tues. Et c'est bien. C'est comme ça dans toutes les familles. On ne dit pas tout.

 

L'ensemble donne un très bel objet, un concept. Celui de rencontres. Des rencontres marquantes, faites doucement, tranquillement, respectueusement et pudiquement.

Des rencontres marquantes et surtout inoubliables!

 

Le dernier point, et certainement pas le moindre, c'est la participation d'Alex Beaupain au projet.

Le roman, l'enquête et le CD, avec des chansons!

Une belle idée, une belle collaboration, je n'en doute pas, mais je dois avouer qu'à aucun moment je n'ai ressenti le besoin, ni même l'envie de l'écouter. Pas pendant la lecture, mais pas après non plus.

J'ai bien conscience de ne pas être allée au bout de la démarche, mais j'assume... J'ai eu un tel coup de coeur pour les mots, que j'ai peut-être eu peur de mettre la touche de trop... A tort sans doute, mais je l'écouterai, un jour, quand les voix des gens raisonneront un peu moins en moi, quand ce sera plus facile, peut-être...

 

  

 

 

merci qui?? une p'tite anecdote??

 

J'ai le plaisir de partager cette lecture avec ma copine Enna, je sais qu'elle a été emballée, je file lire son avis en détails: CLIC!


                                             catégorie objet

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- lasardine -
 


Commentaires

 

Noukette  le 14-03-2016 à 09:57:13  #   (site)

Il m'attend... et je dois dire que j'en attends beaucoup... Du coup, j'ai un peu peur de ma lancer de peur d'être déçue...

Alex-Mot-à-Mots  le 14-03-2016 à 08:58:33  #   (site)

Beaucoup de lecteurs ont apprécié cette histoire. Mais l'idée de départ me semble tellement saugrenue, que j'hésite à le lire.

enna(lit)   le 14-03-2016 à 06:34:20  #   (site)

On a vraiment lu le même livre et avec le même plaisir je pense! J'ai aimé la gentillesse de l'auteur aussi et son style que ce soit dans la partie roman ou journalistique. Quant au CD, quand tu l'écouteras, tu te retrouveras plongée dans l'univers du roman et je suis sure que tu apprécieras aussi ces retrouvailles ;-)

 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article